Thème

Dictionnaire

Tibet

Le Tibet, situé au sud-ouest de la Chine, est envahi par la Chine communiste en 1950 pour "libérer le Tibet des forces étrangères". Le Dalaï-Lama, chef temporel et spirituel du Tibet, et des milliers de Tibétains sont contraints de s'exiler en Inde. Aujourd’hui, le Tibet est toujours sous l’emprise de la Chine.

Une histoire mouvementée

Le Tibet est unifié au 7e siècle, sous le règne de Song-tsen Gampo, et devient l’une des grandes puissances d’Asie. En 821-823, un traité de paix est signé avec la Chine et la frontière est délimitée.

Après des relations mouvementées s’établit, au 17e siècle, une relation de réciprocité pacifique entre le Tibet et la Chine. Pourtant, au début du 20e siècle, la Chine impose sa domination politique sur le Tibet. Cette domination ne durera cependant pas longtemps puisqu’en 1911, la dynastie chinoise des Qing s'effondre et le Tibet profite de l’instabilité politique pour chasser les Chinois et proclamer son indépendance en 1913.

L’occupation chinoise

A partir de 1949-1950, les Chinois décident de "récupérer" le Tibet. Pour eux, cette région est une province chinoise, qu’il faut libérer de l’influence occidentale et d’un système politique inégalitaire. Mais la cohabitation est difficile et, en mars 1959, a lieu un soulèvement national qui prit fin avec le massacre de 87.000 Tibétains. Le Dalaï-lama et plus de 80.000 compatriotes s’exilent en Inde.

De 1950 à 1990, on estime à 1 million le nombre de morts tibétains, que ce soit lors des combats, des famines, par suicide ou en essayant de fuir à travers les montagnes.

Le gouvernement tibétain en exil

Dès 1960, le Dalaï-Lama, chef spirituel et temporel des Tibétains, met en place un gouvernement d’exil en Inde.

En 1963, une Constitution tibétaine est édictée sur base des principes démocratiques modernes et du bouddhisme. Un Gouvernement est mis en place et dirigé par un Conseil des ministres, lui-même contrôlé par l’Assemblée du peuple tibétain en exil.

Depuis 2001, le Premier ministre à la tête du Gouvernement tibétain est Samdhong Rinpoché. Karma Chophel est, quant à lui, Président de l’Assemblée du peuple tibétain.

Un peuple toujours en exil

Actuellement, le gouvernement tibétain revendique, non plus l’indépendance, mais un statut d’autonomie au sein de la République Populaire Chinoise. Les négociations, qui ont repris depuis 2002, n’ont cependant toujours pas abouti et aucun Etat ne reconnaît actuellement le gouvernement tibétain en exil.