Thème

Dictionnaire

Territoires occupés (par Israël)

On désigne par cette appellation les territoires étrangers occupés par Israël suite à leur conquête par l'Etat hébreu pendant la Guerre des Six jours (1967). Il s'agit :

  • du Golan syrien, qu'Israël a annexé unilatéralement en 1981. Cette annexion n'est cependant pas reconnue par la communauté internationale ;
  • du Sinaï égyptien, restitué à l'Egypte en 1982 suite à l'accord de paix de 1979 entre l'Egypte et Israël; 
  • de la bande de Gaza, qui était alors égyptienne, mais peuplée de Palestiniens et faisant partie de la Palestine historique ; 
  • de Jérusalem Est : Israël détenait ainsi la totalité de la ville Sainte. Aujourd'hui, Palestiniens comme Israéliens revendiquent Jérusalem comme capitale de leur Etat et futur Etat ; 
  • de la Cisjordanie, c'est-à-dire du reste de la Palestine, non incluse dans l'Etat d'Israël lors de sa création en 1948-1949, peuplée par des Palestiniens et partie de la Jordanie au moment de la guerre de 1967.


En occupant ces territoires, Israël multiplie par quatre la superficie de son territoire.

Selon la résolution 242 du Conseil de sécurité de l'ONU, Israël doit se retirer des territoires arabes qu'il occupe, en échange de la paix. Tous les plans de paix imaginés ou signés depuis lors se sont donc basés sur cette fameuse formule : "paix contre territoires ".