Thème

Sous-thèmes

Article

La situation en Tunisie

La situation en Tunisie

Après la révolution verte de 2009 en Iran, les citoyens tunisiens ont été les premiers à descendre dans la rue pour montrer leur mécontentement et réclamer un changement.... Retour vers les moments qui ont marqué la Tunisie.

Immolation de Mohamed Bouazizi le 17 décembre 2010

Des policiers confisquent les marchandises d’un jeune tunisien qui vendaient des fruits et des légumes dans la rue pour pouvoir survivre. Pour marquer sa colère face à cette injustice et face au système en place dans son pays, le jeune commerçant, Mohamed Bouazizi, décide de s’immoler. Il meurt quelques jours plus tard des suites de ses blessures. Cette mort marquera le début des manifestations et des révoltes du peuple tunisien à l’encontre du régime politique dirigé par Ben Ali. Diplômé mais sans emploi comme de nombreux jeunes tunisiens, Mohamad Bouazizi devient un symbole pour le peuple tunisien qui veut mettre fin à une situation politique invivable.

Chute de Ben Ali : le 14 janvier 2011

Après plusieurs semaines de contestations et de manifestations intenses, le président  Ben Ali quitte enfin le pouvoir et part se réfugier en Arabie Saoudite.  Il était président de la Tunisie depuis 23 ans. L'intérim est assuré par le Premier ministre Mohammed Ghannouchi. La révolution du peuple tunisien contre le régime de Ben Ali a duré 1 mois et aura fait plusieurs dizaines de morts parmi les opposants.

Quelques semaines après le départ de Ben Ali, les manifestations reprennent pour protester contre la lenteur des changements et des réformes politiques.

Election de l’assemblée constituante : le 23 octobre 2011

Lors des élections, c’est le parti islamiste « Ennahda » du premier ministre Mohammed Ghannouchi qui obtient le plus de voix (41,7% des sièges). Il est suivi par le parti du Congrès pour la République (CPR) de Moncef Marzouki (13 % des sièges) et l'Ettakatol de Mustapha Ben Jaafar (9,6 % des sièges).

Pour gouverner, le parti « Ennahda » n’aura besoin de s’allier qu’avec un seul parti de centre gauche. Le gouvernement sera chargé d’écrire une nouvelle Constitution et de choisir les institutions légitimes (qui a quel pouvoir).